07 Fév 2017

Aphasie de Broca : diagnostic, causes et réhabilitation

L’aphasie est un trouble d’origine neurologique qui implique la perte de l’habileté de communiquer, il peut s’agir de l’incapacité de s’exprimer tout comme l’incapacité de comprendre ce que l’on nous dit. Selon le type de symptomatologie présente chez la personne, l’aphasie peut être classée en différents types. Dans cet article nous allons décrire l’Aphasie de Broca, également connue comme aphasie de production, expressive ou motrice. L’aphasie de Broca provoque chez la personne qui en souffre une difficulté modérée ou sévère de communication dû à une altération de l’expression du langage.

Aphasie de Broca

Aphasie de Broca

Troubles du langage : qu’est-ce que l’aphasie de Broca

L’aphasie de Broca affecte le langage parlé. Le plus caractéristique de cette aphasie est que la personne n’est pas capable de s’exprimer d’une manière fluide ni avec des phrases complètes et articulées, alors que la compréhension est relativement bien préservée.

Le langage est divisé en quatre systèmes ou composants :

  • Système phonologique : est chargé s’assurer qu’un signal sonore organisé en syllabes et en mots soit interprété au niveau cérébral.
  • Système morphologique : il donne une structure interne aux mots grâce à la combinaison adéquate des morphèmes qui les composent.
  • Système syntaxique : garantie la combinaison des mots, de manière à former des phrases et des discours qui ont du sens et qui soient cohérents.
  • Système sémantique ou lexique : constitue un ensemble d’idées ou de représentations mentales internes et de leurs significations spécifiques.

Selon le modèle classique, les aphasies sont classées et définies en fonction de la localisation de la lésion cérébrale. En utilisant ce modèle, l’aphasie de Broca est causée par une lésion dans l’air de Broca. L’air de Broca se trouve dans le lobe frontal gauche du cerveau et est considérer comme le centre du langage expressif. L’air de Broca est chargée de remplir différentes fonctions liées aux composants du langage : ordre des mots, organisation des mots en phrases (syntaxe), intégration sémantique et planification motrice du langage.

Aphasie de Broca

Aphasie de Broca – cerveau : la zone de Broca est située dans le lobe frontal du cerveau. Source : Sciencedaily

Diagnostic de l’aphasie de Broca :

Afin de déterminer un diagnostic de l’aphasie de Broca, différents instruments d’évaluation neuropsychologique peuvent être utilisés, qu’ils soient généraux ou plus spécifiques à la détection de l’aphasie. Lorsqu’il s’agit de réaliser n’importe quelle évaluation neuropsychologique, et plus spécifiquement celles dirigées à l’évaluation de l’aphasie de Broca, il est important de prendre en compte deux critères qui peuvent influencer la communication orale :

  1. Niveau scolaire : est évaluer en à partir du niveau préalable de la personne.
  2. Étiologie et extension de la lésion : le patient peut présenter des déficits cognitifs associés à une lésion plus diffuse, de mémoire ou d’attention par exemple, qui peuvent interférer avec sa capacité de communication.

Le diagnostic de l’aphasie de Broca est basé sur l’exploration des divers composants du langage. On évalue si chacun de ces composants est intacte ou affecté, ce qui nous permet d’identifier le type d’aphasie dont il s’agit. Pourtant, il est vrai que de nos jours, nous donnons plus d’importances aux symptômes à traiter, la classification du syndrome reste importante. Les composants évalués sont les suivants :

Langage spontané dans l’aphasie de Broca

Il s’agit de la capacité de commencer et de maintenir un discours. L’évaluation du langage spontané se focalise sur le paramètre de la fluidité verbale. La fluidité verbale est établie comme continue, seulement si l’on peut écarter ces deux conditions :

  • Langage non-fluide : consiste en une difficulté d’émission du langage. La personne est capable de former des phrases en faisant beaucoup d’efforts et en se fatiguant. Son langage se caractérise par l’apparition de dysprosodie (irrégularités dans le rythme, le ton et l’inflexion de la voix) et d’agrammatisme (altération de la construction de structures syntaxique).
  • Langage fluide ou hyper-fluide : il s’agit d’une émission normale ou supérieure (plus de 200 mots par minute), accompagnée de prosodie et d’une articulation normale. Les altérations qui apparaissent dans ces cas-là se trouve dans le contenu du discours, et sont connus comme paraphasies. Celles-ci peuvent être de type sémantique (le mot utilisé est erroné et appartient à la même catégorie de celui qui aurait dû être utilisé), et de type phonologique (erreurs phonétiques comme le changement de syllabes dans le même mot).

Dans le cas de l’aphasie de Broca, le langage spontané n’est pas considéré comme fluide.

Compréhension dans l’aphasie de Broca

Il s’agit d’une habileté dont l’évaluation est compliquée, car l’absence de réponse ou une réponse erronée peut être due à d’autres aspects comme la difficulté de production du langage et non de la compréhension. C’est pour cela que l’on utilise des tests dans lesquels la production de langage n’est pas nécessaire. Le critère diagnostic dans ce cas est : une compréhension altérée ou une compréhension préservée. Les patients qui souffrent d’une aphasie de Broca ont une compréhension préservée.

Répétition dans l’aphasie de Broca

Elle consiste en la capacité de décoder les informations auditives, chercher le code phonologique correspondant et le reproduire au travers du processus articulatoire. Si certain de ces aspects sont altérés, la répétition sera affectée. Par la répétition des lettres, des mots et de pseudo-mots (mots inventés) ainsi que de phrases, on observe s’il existe une difficulté dans la répétition, comme c’est la cas pour l’aphasie de Broca, ou si celle-ci se maintient préservée.

Dénomination dans l’aphasie de Broca

Il s’agit de la capacité de nommé, c’est à dire de pouvoir accéder au lexique afin de localiser un élément linguistique concret. Chez les patients qui souffrent d’une aphasie de Broca, cela demande un effort considérable. Cette altération est connue comma anomie (manque de vocabulaire).

Séquences automatisées dans l’aphasie de Broca

Les séquences automatisées sont une capacité linguistique élémentaire, qui consiste en des séquences apprises par cœur comme les numéros, les mois de l’année ou les jours de la semaine, etc… Il peut également s’agir d’un langage affectif et automatique, par exemple certaines expressions. Ce langage automatique, au contraire du langage volontaire, peut se maintenir préservé dans la plupart des aphasies, même parfois dans les cas d’aphasies sévères.

Symptômes de l’aphasie de Broca :

Nous avons précédemment décrit les différents composants du langage à prendre en compte dans le diagnostic de l’aphasie de Broca, nous allons maintenant aborder les symptômes spécifiques de cette aphasie, qui nous permettront également de détecter cette pathologie :

  1. Manque de fluidité verbal : lenteur et fatigue lors de l’expression verbale, ainsi qu’un nombre réduit de mots différents utilisés.
  2. Anomie : difficulté pour évoquer le nom des choses.
  3. Agrammatisme : incapacité à construire des phrases complètes et adéquates.
  4. Difficultés de répétition : compréhension lors de l’écoute mais incapacité de répéter les mots entendus.
  5. Conscience du déficit : lors d’une aphasie fluente, la personne n’a pas conscience de ses erreurs et maintient un discours comme si celui-ci était cohérent. Dans le cas d’aphasie de Broca, les personnes qui en souffrent se rendent compte de leur déficit, du fait de leurs difficultés à s’exprimer.

En plus de ces symptômes, l’aphasie de Broca peut être accompagnée d’autres symptômes associés d’origine neurologique :

  • Apraxie buco-faciale : incapacité de réaliser des mouvements coordonnés dans la zone du visage et de la bouche, qui n’est pas due à une cause physique.
  • Hémiparésie : faiblesse d’un côté du corps.
  • Hémiplégie : paralysie d’un côté du corps.
  • Altération des capacités de lecture et d’écriture.

Causes de l’aphasie de Broca :

L’aphasie de Broca se développe le plus souvent après avoir souffert un accident vasculaire cérébrale (ischémique ou hémorragique) dans l’hémisphère gauche (qui est considéré dominant de le domaine du langage), lorsque celui-ci affect l’artère cérébrale médiane, il est alors très probable que le langage soit altéré. Une aphasie de Broca peut également être causée par un traumatisme craneo-encéphalique (TCE) ou par la présence d’une tumeur cérébrale.

D’un autre côté, on peut observer des symptômes associés à l’aphasie de Broca parmi les symptômes des maladies neurodégénératives :

  • Aphasie progressive primaire non-fluide : il s’agit d’une détérioration progressive du langage. Au début de son évolution, la personne APP non-fluide ne présente pas d’autres signes de démences. On la remarque à cause d’un manque de fluidité de l’expression ainsi que la présence d’agrammatisme et d’anomie.
  • Maladie d’Alzheimer : en plus des symptômes typiques de la détérioration cognitive produite par cette maladie (déficit de la mémoire et de l’attention, désorientation, etc…), la personne qui souffre de la maladie d’Alzheimer montre une réduction du langage spontané et une anomie, utilisant des mots génériques sinon en tournant autour du pot (en exprimant quelque chose avec longueur au lieu d’utiliser une façon plus brève de le dire).
  • Maladie de Parkinson : on observe une diminution de la fluidité verbale, pauvre en complexité syntaxique et parfois un agrammatisme.

Réhabilitation de l’aphasie de Broca :

La réhabilitation ou la récupération des capacités dans les cas d’aphasie de Broca va dépendre de la sévérité initiale des symptômes. Lors de la phase initiale des troubles cognitifs, on peut obtenir une récupération spontanée et une réorganisation de certaines zones du cerveau, afin de compenser les déficits. À partir de là, on peut commencer le processus de réhabilitation, qui sera marqué des objectifs suivants :

  • Améliorer les habiletés du langage oral et écrit
  • Faciliter la participation dans la communication quotidienne
  • Obtenir une communication efficace, bien qu’il s’agisse d’un style de langage plus simplifié
  • Améliorer la qualité de vie du patient

La réhabilitation de l’aphasie de Broca est principalement le travail du logopédiste, même si le neuropsychologue joue également un rôle fondamental dans ce processus, aidant le logopédiste à faire son travail et en travaillant également sur le reste des zones cognitives qui peuvent aider à la récupération de la capacité linguistique (mémoire, attention et fonction exécutives). Le degré et le taux de récupération varie dans les différents composants du langage, il semblerait que la compréhension et la répétition soient récupérées plus facilement que la dénomination et la fluidité. En fonction des déficits linguistiques que présente la personne, on élabore un plan d’intervention spécifique, qui contiendra des tâches tel que :

  • Stimulation neuropsychologique basique (mémoire, attention, fonctions exécutives, raisonnement, calculs, etc…).
  • Activités de dénomination afin d’améliorer l’anomie, grâce à l’utilisation de clés facilitatrices de type phonologique (première lettre du mot par exemple) et sémantique (catégorie à laquelle appartient le mot cherché).
  • Entraînement de la construction de phrases.
  • Augmenter la taille des expressions. Commencer par un élément et aller en augmentant à deux, puis trois, etc…

Ces tâches sont des exemples du travail qui peuvent être réaliser afin de récupérer les capacités d’une personne qui souffre des symptômes d’une aphasie. L’important n’est pas de classifier l’aphasie dans une catégorie, comme par exemple l’aphasie de Broca, mais de détecter les capacités non-préservées de la personne afin de pouvoir sur ces dernières en s’appuyant sur celle qui sont restées intactes.

Merci beaucoup de nous avoir lu, nous espérons que cet article vous aura plus et surtout qu’il vous aura été utile. N’hésitez pas à laisser vos commentaires et vos questions plus bas, nous serons enchantés d’y répondre. 🙂

“Source : Natalia Pasquín Mora, psychologue sanitaire spécialisée en psychogériatrie et en neuropsychologie.”

Rédacteur spécialisé du domaine médical et de la santé. Passionné de psychologie, de philosophie ainsi que de neuroscience.
Toujours à la recherche de nouvelles sources et de nouvelles tendances, dans le but d’inspirer le publique et de le guider vers de nouvelles méthodes ou théories pour l’aider à améliorer son quotidien.

Related Content

Let’s block ads! (Why?)