26 Jan 2017

Dépression chez la personne âgée : facteurs influents et altérations associées

Vous sentez-vous souvent fatigué, démotivé ou inondé de sentiments ou de pensées négatives ? Avez-vous observé cette baisse de moral chez une personne âgée de votre entourage ? Pendant les étapes du vieillissement, chaque personne doit s’adapter à une série de circonstances. Celles-ci peuvent affecter les personnes plus vulnérables et peuvent provoquer une dépression chez la personne âgée.

Tout au long de cet article nous allons exposer les symptômes qui font parties de la dépression ainsi que les facteurs qui peuvent influencer son développement chez les personnes du troisième âge. De plus, nous vous donnons quelques conseils utiles pour aider les personnes âgées qui souffrent de ce trouble du moral.

Dépression chez la personne âgée

Dépression chez la personne âgée

Dépression chez la personne âgée

La dépression est l’un des troubles du moral la plus répandue de nos jours. Celle-ci se caractérise principalement par la présence de tristesse et d’un moral bas, d’une diminution de l’estime de soi, d’une perte de plaisir pour ce qui nous faisait ressentir de la satisfaction auparavant, d’un trouble de l’appétit et du sommeil et d’une fatigue habituelle. En plus de ces symptômes, la dépression génère habituellement de l’apathie et des difficultés pour prendre des décisions.

Cette symptomatologie est maintenue au moins pendant deux mois et produit un mal-être significatif qui altère le niveau de fonctionnalité.

La dépression peu se développer à n’importe quel âge. Il est vrai que dû à certains facteurs caractéristiques du vieillissement, la personne âgée a des grandes probabilités souffrir de ce trouble. La dépression chez la personne âgée se remarque principalement par la tristesse que la personne éprouve, l’anhédonie (incapacité à expérimenter du plaisir) ainsi que par des symptômes psychosomatiques, c’est à dire, des symptômes physiques dus à une souffrance émotionnelle, comme la fatigue chronique ou le mal de tête.

Dans cet article nous allons citer les différents facteurs ou les différentes causes qui peuvent générer une dépression chez la personne âgée, ainsi que comment prévenir celle-ci et quels sont les symptômes neuropsychologiques que peuvent présenter ce type de patient. Pour terminer, nous vous donnons quelques conseils relatifs au traitement de ce trouble.

Causes de la dépression chez la personne âgée

L’origine d’un trouble dépressif est indéterminée. Nous vous expliquons dans ce chapitre les trois dimensions que peuvent générer ce trouble, que cela soit de manière individuelle ou en groupe.

1- Le facteur biologique comme cause de dépression chez la personne âgée

Les symptômes qui font partis de la dépression peuvent être dus à une série d’affectations de nature organique (source : , causes organiques et comorbidités de la dépression).

  • Altérations biochimiques au niveau cérébral, lesquelles vont agir sur la régulation de certains neurotransmetteurs (noradrénaline, dopamine et sérotonine).
  • Déficit vitaminique et minéral associées au régime alimentaire.
  • Maladies chroniques : métaboliques (déficit de vitamine B12), auto-immunes (lupus), infections virales (hépatites), cancer.
  • Maladie des glandes de la thyroïde et de la parathyroïde.

2- Facteur psychologique comme cause de la dépression chez la personne âgée

Pendant le vieillissement une série de pensées et d’émotions négatives peuvent surgir dans l’esprit de l’individu :

  • Diminution de l’estime de soi
  • Augmentation de l’insécurité
  • Sensation d’impuissance
  • Perte de contrôle sur son entourage
  • Absence ou manque de motivation vitale
  • Sensation de déclin
  • Sentiments d’inutilité
  • Peur de circonstances vitales non-désirées comme par exemple l’apparition d’une maladie grave.

3- Facteur social comme cause de la dépression chez la personne âgée

Il est courant que pendant sa période de vie, une personne âgée expérimente certaines circonstances connues comme événements vitaux stressants. Ceux-ci font référence à des événements importants de la vie d’une personne, qui ont produit du stress et qui dans la plupart des cas ont nécessité une réadaptation : perte d’un être cher (partenaire, famille ou ami), manque de soutien social, blessure ou maladie personnelle, retraite professionnelle, etc… Les événements vitaux stressants qui provoque le plus de dépression chez la personne âgée sont les événements qui surviennent brusquement, qui sont incontrôlable, qui s’avèrent menaçants ou qui se produisent de manière répétée ou groupée.

En définitive, le vieillissement est irrémédiablement accompagné de pertes et des deuils qui y sont liés. Il ne s’agit pas uniquement des pertes de personnes porches, mais également des pertes de capacités personnelles, des pertes d’occupation et même de la perte de soi même lorsqu’il s’agit de faire face à sa propre mort.

Il est important de souligner que le vieillissement n’est pas synonyme de dépression, la personnalité de la personne âgée va être déterminante jour un rôle important, et les événements stressants de la vie d’une personne l’affecterons plus ou moins selon sa capacité à faire face à ces épreuves.

Facteurs de risque associés à la dépression chez la personne âgée

Il existe certaines circonstances, de caractères biologiques, psychologiques et social qui peuvent faciliter l’apparition d’un trouble dépressif chez une personne âgée :

  • Genre : un des facteurs de risque lié à la dépression pendant la vieillesse est être une femme (les femmes ont une probabilité plus grande de souffrir de dépression que les hommes).
  • Avoir souffert d’un accident vasculaire cérébral (dépression post-ictus).
  • Souffrir de maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson ou la maladie d’Alzheimer.
  • Consommer des médicaments au quotidien.
  • Avoir un type de personnalité insécure et un manque de ressources ou une basse estime de soi.
  • Souffrir de maladies médicales douloureuses.
  • S’installer dans une résidence pour personnes âgées.
  • Souffrir de troubles du sommeil.
  • Avoir un manque de soutien social ou aucun soutien social.
  • Vivre seul et ressentir de la solitude.
  • Avoir un manque de ressources économiques.
  • Être dans un processus de deuil.
  • Recevoir un traitement antidépresseur insuffisant (seulement 15% des personnes âgées qui souffrent de dépression bénéficient d’un traitement adéquat).

Prévenir la dépression chez la personne âgée

Éléments protecteurs

De la même manière que pour les facteurs de risque, il existe des facteurs qui protègent les personnes âgées de la dépression ou qui permettent une récupération plus rapide et meilleure de celle-ci :

  • Suivre une psychothérapie.
  • Vivre accompagné (la socialisation favorise un meilleur moral).
  • Avoir des ressources économiques.
  • Suivre un traitement antidépresseur.
  • Faire de l’exercice physique régulièrement (contribue à une meilleure efficacité personnelle et une meilleure estime de soi).
  • Ne pas souffrir de détérioration cognitive (réaliser des exercices de stimulation cognitive).
  • Avoir moins de quatre-vingts ans.
  • Ne pas avoir souffert d’épisodes de dépression par le passé.
  • Disposer d’un soutien social
  • Ressentir son état de santé comme adéquat.
  • Se sentir productif.
  • Trouver que sa vie à du sens.

Symptômes de dépression chez la personne âgée

La dépression est un trouble du moral. Pourtant, lorsqu’une personne souffre de ce trouble, elle peut également souffrir certains déficits neuropsychologiques. Pendant le vieillissement, il est normal qu’une personne présente certains changements au niveau cérébral, pour lesquels sa vitesse de traitement de l’information ainsi que ses capacités de mémoire et d’attention peuvent être réduites. Toutes les personnes ne sont pas affectées de la même façon, cependant il n’est pas rare que les personnes âgées qui souffrent de dépression présentent également les troubles neuropsychologiques que nous allons citer plus bas, c’est pourquoi il est conseillé que la personne âgée réalise des activités de stimulation qui l’aideront à renforcer ses capacités.

Déficits neuropsychologiques provoqués par la dépression chez la personne âgée :
  • Difficultés de la mémoire épisodique (souvenirs des événements passés).
  • Détérioration de la mémoire à court terme et de la mémoire verbale, dû à l’influence des pensées négatives.
  • Déficit de la mémoire de travail (capacité de manipuler les informations mentalement).
  • Difficulté pour maintenir l’attention (attention soutenue), ainsi que pour réaliser différentes tâches en même temps (attention divisée).
  • Diminution de la rapidité de traitement de l’information.
  • Altération de la fonction exécutive (difficulté pour planifier et pour prendre des décisions, ainsi que pour la résolution de problèmes et la flexibilité cognitive)

Une étude récente confirme qu’il existe des altérations neurocognitives des patients qui souffrent de dépression en comparaison avec ceux qui n’en souffrent pas. Les différences les plus significatives sont observées dans les habiletés cognitives comme l’inhibition, la mémoire de travail, l’attention divisée et en général dans les fonctions exécutives. Le programme de stimulation de personnes dépressives a été appliqué à deux groupes de personnes (dépressifs et non-dépressifs) pendant huit semaines. Après ce laps de temps, l’efficacité de cet entraînement cognitif personnalisé a été testée. Une diminution des symptômes dépressifs a alors été observée chez les patients dépressifs, et ces personnes ont pu améliorer leur contrôle exécutif, leur permettant de créer de meilleures stratégies pour faire face aux symptômes de la dépression (comme la rumination et la persévérance).

Le manque de concentration est caractéristique de la dépression et diminue la capacité de consolidation des nouvelles données, c’est pourquoi la personne âgée qui souffre de dépression est plus désorientée que les autres. C’est pour cela qu’il arrive parfois que l’on confonde le symptôme de perte de mémoire dû à la dépression (pseudodémence dépressive) d’une dépression chez la personne âgée avec les symptômes de la démence, spécialement les démences du u type d’Alzheimer. Il est important de pouvoir distinguer ces deux choses :

  • La perte de mémoire due à la dépression commence très brusquement, alors que celle qui est due à la démence apparaît d’une manière plus progressive.
  • Les personnes âgées qui souffrent de dépression sont souvent victimes de leurs pensées négatives récurrentes, ce qui distrait leur attention et qui ne leur permet pas de traiter les informations correctement. Dans le cas des démences, la personne justifie ses pertes de mémoire sans être consciente de son erreur.
  • Pendant la dépression les oublis fluctuent en même temps que le moral, alors que dans les démences les oublis sont constants.
  • La personne âgée qui souffre de dépression montre une préoccupation pour ses difficultés de mémoire, alors que celle qui souffre de démence ne se rend pas compte de celle-ci.

Comment aider une personne âgée qui souffre de dépression

Vivre en compagnie ou maintenir une relation proche avec une personne qui souffre de dépression peut s’avérer compliqué à cause de la frustration et de l’impuissance que l’on peut ressentir, ainsi qu’à cause de l’abandon de la personne, de son apathie et de son moral bas et son incapacité à ressentir du plaisir. Cependant, si nous souhaitons améliorer le moral de cette personne, nous devons laisser de côté le sentiment de colère que nous provoque cette frustration et essayer d’entrer en relation avec cette personne âgée d’une manière différente.

Dans un premier temps, un des facteurs de protections face à la dépression chez la personne âgée est d’être accompagné et surtout de percevoir le soutien social. C’est à dire qu’il ne faut pas uniquement faire acte de présence, mais il faut que la personne se sente accompagnée et soutenue. Ainsi, le temps que nous passons avec la personne âgée qui souffre de dépression doit être du temps de “qualité”. Cela doit être un temps pendant lequel nous lui dédions toute notre attention et pendant lequel nous lui laissons le temps et l’espace pour s’exprimer et pour communiquer ouvertement avec nous. Les récriminations, les discussions et les impositions sont contre-productifs dans ces cas-là, car dû au moral et aux pensée négatives de la personne elle les percevra comme des attaques et se distanciera plus de nous.

Cette relation basée sur l’empathie et l’attention complète va permettre qu’un lien affectif se créer avec la personne âgée, grâce auquel celle-ci aura confiance en nous et sera plus disposée à recevoir nos conseils :

  1. Questionner de manière subtile ses pensées négatives : “Pourquoi penses-tu que tu ne seras pas capable de ..?”, “Que s’est-il passé quand tu as essayé ?” ou “Comment penses-tu que tu pourrais changer cela ?”.
  2. Générer en lui des émotions positives. Par exemple, rappelez-lui ses succès passés pour qu’il ressente de la satisfaction.
  3. Encourager en lui un sentiment d’utilité. Laissez-le réaliser certaines tâches qui le feront se sentir utile, comme faire la cuisine par exemple.
  4. Essayer de penser avec lui à des activités gratifiantes à faire. Cela peut être compliqué dû à son moral bas et à son apathie. Il est toutefois possible que vous trouviez ensemble quelques activités qui s’avérerons gratifiantes, même si ce n’est qu’un petit peu.
  5. Établir une routine d’activités. Dans ce cas il faut faire preuve d’une attitude patiente et flexible afin d’arriver à un accord avec la personne âgée. Il est compliqué d’arriver à un accord de ce type du fait que pour la personne âgée n’importe quelle activité demande un effort, et qu’en plus sa rigidité cognitive lui rend difficile de changer d’opinion. C’est pour cela qu’il faut ajouter des activités petit à petit, d’une manière progressive, en même temps que l’on récompense la personne pour les activités qu’elle aura réalisées.

Merci de votre lecture. Nous espérons que cet article vous aura été utile et que les informations et les conseils que nous avons partagés avec vous pourront vous aider. Si vous avez un doute ou si vous souhaitez nous poser une question, nous serons enchantés de pouvoir vous venir en aide, alors n’hésitez pas à laisser vos commentaires et vos questions plus bas. 🙂

“Source : Natalia Pasquín Mora, psychologue sanitaire spécialisée en psychogériatrie et en neuropsychologie.”

Rédacteur spécialisé du domaine médical et de la santé. Passionné de psychologie, de philosophie ainsi que de neuroscience.
Toujours à la recherche de nouvelles sources et de nouvelles tendances, dans le but d’inspirer le publique et de le guider vers de nouvelles méthodes ou théories pour l’aider à améliorer son quotidien.

Related Content

Let’s block ads! (Why?)