14 Fév 2018

Étude scientifique : CogniFit pourrait prévenir la détérioration cognitive chez les personnes diabétiques

  • Les personnes atteintes de diabète de type 2 sont une population à risque pour la démence. Une recherche montre que l’entraînement cérébral pourrait aider à prévenir la détérioration cognitive associée au diabète.
  • Stimuler avec d’importantes capacités cognitives, comme l’attention ou les fonctions exécutives, pourrait aider à améliorer l’état cognitif des personnes souffrant de diabète de type 2, favoriser leur autonomie et la gestion de leur maladie.
  • Une importante recherche effectuée par des centres de recherche israéliens, américains et australiens étudie comment , technologie de pointe pour l’évaluation et l’amélioration des capacités cognitives, peut aider à améliorer la performance cognitive, l’autonomie et l’adaptabilité des patients diabétiques de type 2 grâce à l’entraînement cognitif informatisé.
 : Étude sur la stimulation cognitive   dans le diabète de type 2

: Étude sur la stimulation cognitive dans le diabète de type 2

Le diabète fait référence à un ensemble de troubles métaboliques dans lesquels on constate une augmentation de la glycémie au cours d’une période prolongée. Ce désordre métabolique peut causer de grandes difficultés dans la vie des personnes qui en souffrent, surtout si elles ne sont pas traitées. On estime qu’actuellement 171 millions de personnes dans le monde souffrent de diabète. Ce nombre pourrait passer à 366 millions d’ici 2030, le diabète de type 2 serait alors le plus fréquent.

Les études scientifiques montrent invariablement que les personnes âgées atteintes de diabète de type 2 on davantage de risque de présenter une quelconque déficience cognitive et qu’elles sont une population à risque pour la démence. Cela signifie qu’aujourd’hui, 171 millions de personnes risquent de souffrir d’un déficit sévère dans leurs différentes capacités cognitives, ceci ayant un impact important sur leur santé.

Étant donné que les personnes atteintes de diabète de type 2 présentent un risque élevé de troubles cognitifs pendant la vieillesse, la mise en œuvre d’un plan de prévention au sein de la population à risque pourrait réduire considérablement l’impact de la maladie et améliorer la qualité de vie des patients. Mais quel serait alors le meilleur moyen de prévenir la démence?

Il a été démontré à maintes reprises que l’entraînement cognitif informatisé, comme celui offert par , améliore l’état cognitif des adultes en bonne santé et de ceux souffrant d’une déficience cognitive légère. C’est pourquoi nous étudions si ce type d’entraînement informatisé pourrait permettre d’aider à l’amélioration de l’état cognitif des diabétiques, voire même améliorer la gestion de leur maladie. Des chercheurs du Sheba Medical Centre (Israël), de l’Icahn School of Medicine à Mount Sinai (USA) et de l’Australian National University et de l’Université de Melbourne (Australie) entre autres, ont décidé de mener cette étude avec .

Entraînement cognitif  pour les personnes diabétiques

Entraînement cognitif pour les personnes diabétiques

est un outil d’évaluation cognitive et d’entraînement cérébral destiné à aider les professionnels lors du diagnostic de différents troubles impliquant une altération des capacités cognitives. aide également à améliorer l’état de ces capacités. Cet outil peut aussi être utilisé par des utilisateurs privés souhaitant connaître l’état de leur cerveau et l’entraîner Cette étude nous aidera à déterminer si l’outil scientifique peut aider à prévenir la démence liée au diabète de type 2 et à améliorer la qualité de vie des patients.

 tecnología líder en envaluaciones neuropsicológicas y rehabilitación cognitiva

Chercheurs

-Joseph Sagol Neuroscience Centre, Sheba Medical Center, Israel
– School of Psychology, Bar-Ilan University, Israel
– Department of Psychiatry, Icahn School of Medicine at Mount Sinai, New York, NY, USA
– Maccabi Healthcare Services, Tel-Aviv, Israel
– Center for Research on Aging, Health, and Wellbeing, Research School of Population Health, The Australian National University, Canberra, Australian Capital Territory, Australia
-The Academic Unit for Psychiatry of Old Age, Department of Psychiatry, The University of Melbourne, Victoria, Australia

Russe

Let’s block ads! (Why?)