17 Avr 2017

Mémoire sensorielle : le moteur de vos capacités occultées

Avez-vous le pouvoir de voir les yeux fermés ? Pouvez -vous entendre, dans le silence, la voix d’une personne qui vous manque ? Avez-vous déjà voyagé dans le passé en sentant une odeur particulière ? Voici quelques-uns des pouvoirs de votre mémoire sensorielle, qui utilise vos cinq sens pour capter, retenir et récupérer votre monde. Découvrez dans cet article ce qu’est la mémoire sensorielle, les différents types qui existent (échoïque, iconique, tactile, olfactive, gustative) et comment l’améliorer.

“Mais quand d’un passé ancien rien ne subsiste, seules plus frêles, mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps.” – Marcel Proust –

Mémoire sensorielle

Mémoire sensorielle : le moteur de vos capacités occultées

Qu’est-ce que la mémoire sensorielle

Nous avons la capacité illimitée de percevoir, d’enregistrer et d’emmagasiner des informations sur notre environnement, et c’est la mémoire sensorielle qui est chargée de ces processus. Les sens dirigent la perception, en captant l’information sur les objets et les événements qui nous entourent. Le système de la mémoire sensorielle prolonge pour quelques instants l’information perçue, afin qu’elle puisse être mieux assimilée par notre mémoire. De cette façon, les différentes sensations sont enregistrées dans nos souvenirs.

L’information sensorielle retenue ne nous permet pas uniquement de reconnaître notre environnement (sentir un parfum et savoir qui s’approche, reconnaître une voix qui nous appelle, etc…) mais cela nous permet également de donner du sens à des événements futurs. Si nous sommes témoin d’une scène violente à laquelle participe un inconnu, et que nous croisons plus tard ce même inconnu, nous ressentirons de la peur ou du dégoût en reconnaissant son visage. Cependant, son visage n’éveille aucune émotion similaire chez les autres personnes qui croisent cet inconnu, car elles n’ont pas été témoin de la violence de celui-ci. Nous emmagasinons des informations sensorielles qui sont liées aux différentes sensations et émotions que nous ressentons au moment où nous les percevons. Une stimulation cataloguée comme désagréable pour un individu, peut être considérée comme plaisante par un autre, à cause des émotions associées à cette situation dans leurs mémoires sensorielles respectives.

La mémoire sensorielle intervient aussi dans le bon fonctionnement des autres systèmes de la mémoire. Il capte rapidement et efficacement les stimulations qui doivent être traitées par la mémoire à court terme, et conserve des informations particulières sur les souvenirs d’origines sensorielle dans notre mémoire à long terme, afin que nous puissions les reconnaître, les évaluer et y répondre de manière adéquate.

Types de mémoire sensorielle

Nos cinq sens conforment cinq types de mémoire sensorielle. Chacune possède le pouvoir de reconnaître et de se souvenir des impressions perçues et de leur importance au moment où elles ont été perçues.

1. Mémoire sensorielle échoïque ou auditive

La fonction principale de la mémoire sensorielle de type échoïque ou auditive est de capter les sons et les expériences auditives afin de prolonger leur présence afin qu’ils puissent être captés par d’autres systèmes de réponse. Ce type de mémoire peut arriver à prolonger la présence d’un son jusqu’à 10 secondes après que celui-ci se soit terminé.

Parfois, nous demandons à notre interlocuteur de répéter sa question, et quand il le fait nous nous rendons compte qu’au final nous avions bien entendu la question. Nous n’avons pas été conscient d’avoir écouté la question, mais nos oreilles ont bien fait leur travail, tout comme notre mémoire auditive, qui nous envoie l’information quelques secondes plus tard.

Mémoire sensorielle

La mémoire auditive peut prolonger un son de 10 secondes

2. Mémoire sensorielle iconique ou visuelle

La mémoire sensorielle de type iconique intervient dans le registre des expériences sensorielles visuelles. Nos yeux fonctionnent comme des caméras photographiques qui réalisent continuellement des instantanés. Ce système prolonge quelques instants la durée de chaque représentation captée, afin qu’elle puisse être liée à d’autres images. La capacité de prolongation de la mémoire iconique est plus courte que celle de la mémoire échoïque, pouvant prolongé la présence d’une image environs 250 millisecondes. Cette breveté évite que le système ne se surcharge. Parfois, nous emmagasinons ces images dans notre mémoire supérieure, de manière inconsciente et non-intentionnelle.

Imaginons que nous sommes en train de voyager dans le métro pendant un trajet de 40 minutes. Pendant ce trajet une personne est assise sur le siège en face de nous, auquel nous ne prêtons pas attention. Le jour suivant nous retrouvons cette même personne au supermarché et nous le reconnaissons. Les instantanés pris dans le métro la veille ont été traités et envoyés aux autres systèmes de la mémoire.

3. Mémoire sensorielle tactile

La mémoire sensorielle de type tactile permet l’enregistrement d’information sur les caractéristiques des objets que nous touchons et les sensations que cela éveille en nous. Bliss, Crane, Mansfield y Townsendv (1966) ont découvert dans leurs études les différences entre les aveugles congénitaux, les aveugles tardifs et les personnes avec une vision normale en ce qui concerne la capacité de ce type de mémoire sensorielle. Ces différences reflètent la grande capacité d’amélioration de ce système de mémoire sensorielle tactile grâce à la pratique.

Supposons que nous devions prendre quelque chose dans notre armoire, mais que la lumière a été coupée et que notre chambre est complètement dans l’obscurité. Nous reconnaîtrons certainement la plupart de nos vêtements en les touchant. Même si nous n’avons encore jamais prêté attention intentionnellement à sentir nos vêtements sans les voir, notre sens tactile à réaliser son travail et notre mémoire sensorielle tactile également, ce qui fait que nous nous souvenons de la texture de nos vêtements sans l’avoir voulu.

4. Mémoire sensorielle olfactive

La mémoire sensorielle de type olfactive enregistre les informations sur les odeurs que nous percevons. Notre odorat a la capacité de distinguer une grande variété d’arômes, et détecte la plus grande variation de stimulation de tous nos sens. De plus, il est capable de relier les différentes situations et de retenir ses liens d’une manière prolongée dans le temps.

Imaginons que nous organisons un repas avec plusieurs amis à la maison. Le jour suivant, nous trouvons une veste à l’entrée que quelqu’un a apparemment oublié. Nous ne savons pas à qui elle appartient, car son propriétaire l’a enlevée avant d’entrer dans le salon et nous ne l’avons donc pas vu. Sentir la veste est notre meilleure ressource pour découvrir à qui elle appartient, car nous avons sûrement emmagasiner l’information de l’odeur de nos amis sans le vouloir dans notre mémoire grâce à notre mémoire sensorielle olfactive.

5. Mémoire sensorielle gustative

La mémoire sensorielle gustative participe à la captation des goûts, à leur classification postérieur et leur enregistrement dans notre mémoire. Les sensations que nous expérimentons les premières fois que nous percevons une stimulation gustative marquent généralement notre mémoire d’une manière quasi permanente. De plus, la mémoire sensorielle gustative tend à créer de forts liens avec es émotions, comme la mémoire sensorielle olfactive, ce qui permet de nous en souvenir plus longtemps encore. Souvent, goûter un aliment nous transporte à un autre moment temporel ou à une situation concrète. De même que la mémoire sensorielle tactile, ce type de mémoire gustative se développe beaucoup grâce à la pratique, ce qui explique par exemple la capacité des dégustateurs à reconnaître les différents goûts.

Supposons que nous passons un peu de temps en Allemagne et que nous nous habituons à boire une certaine marque de bière. En revenant chez nous, nous arrêtons de la consommer. Après plusieurs années nous la retrouvons dans notre supermarché local. En la buvant, nous nous souviendrons certainement de notre expérience en Allemagne, et de sensations qui ne sont pas forcément directement liée à la bière.

Mémoire sensorielle

Un goût peut parfois nous faire voyager dans le temps

Il ne faut pas oublier que même si nous possédons cinq types de mémoire sensorielle, celle-ci ne travaillent pas nécessairement de manière indépendante. Dans beaucoup de cas, deux ou plus de sens enregistrent parallèlement les informations perçues lors d’un événement. Ainsi, notre souvenir de cet événement s’activera lorsque plusieurs des sens seront sollicités. Par exemple, le goût du café de ne nous rappelle pas forcément un souvenir que le goût du café associé au toucher d’une tasse de cristal fin pourra éveiller…

Mémoire sensorielle

Mémoire sensorielle – Cerveau

Pouvons-nous améliorer notre mémoire sensorielle ? Conseils

Il existe des gens qui ont un talent sensoriel plus développé, qui arrivent à différencier plus facilement les stimulations sensorielles entre-elles. Cependant, nous pouvons tous améliorer nos différents types de mémoire et notre capacité sensorielle en l’entraînant de manière adéquate. Si nous développons la capacité de nos sens, l’efficacité de la mémoire de ce dernier serai également améliorée.

Avant de commencer à entraîner nos sens, il est important de connaître nos aptitudes. Détecter nos carences afin de les combler et reconnaître nos forces afin d’en profiter. Les personnes qui souffrent de déficiences sensorielles dans un de leurs sens compensent généralement leurs besoins en développant plus leurs autres sens.

Une fois que nous connaissons la capacité de chacune de nos mémoires sensorielles, il devient utile de les combiner. Imaginons qu’un ami s’est acheté un livre qui nous intéresse. Si nous lui demandons le titre du livre et que nous allons directement à la librairie, il sera facile de l’oublier. Par contre, si en plus d’écouter notre ami prononcer le titre du livre, nous le prenons dans nos mains et lisons le titre par nous-mêmes, nous aurons beaucoup plus de chance de nous souvenir du titre de ce livre, car nous aurons plus de données sensorielles qui le concerne.

Enfin, pour terminer le processus de la mémoire sensorielle, il est fondamental de développer notre attention. Actuellement, il existe des programmes professionnels qui permettent de réaliser une évaluation cognitive en ligne. est l’outil neuroscientifique le plus précis et le plus utilisé sur le marché. Ce programme sert à mesurer en détail le niveau d’attention et beaucoup d’autres processus cognitifs. En jouant aux différents jeux mentaux, vous découvrirez votre niveau cognitif. Grâce à la base de données et au développement d’algorithmes avancés, comprend quelle est la situation cognitive de chaque individu et offre un programme d’exercice cérébral personnalisé. Les tâches sélectionnées et leurs niveaux de difficultés changent de manière dynamique en se basant sur les besoins spécifiques de l’utilisateur.

Une attention déficiente rend la perception difficile, et sans une bonne perception il est difficile de créer des souvenirs. Il est vrai que, comme nous l’avons mentionné plus haut, que nos sens captent un grand nombre de stimulations sans que nous en soyons conscients, mais ce n’est pas toujours le cas. Beaucoup de personnes qui souffrent d’un déficit de l’attention se plaigne d’avoir une mauvaise mémoire. Le problème est généralement qu’elles n’arrivent pas à remplir les étapes nécessaires pour que leur mémoire se souvienne de ce qui les entoure. Voir n’est pas la même chose que regarder, ni entendre la même chose qu’écouter. En mettant plus d’intentionnalité dans nos processus sensoriels nous pouvons améliorer les résultats de ce type de mémoire.

Merci beaucoup d’avoir lu cet article, si quelque chose n’est pas clair pour vous, si vous avez une question sur la mémoire sensorielle, ou si vous souhaitez partager vos expériences personnelles, n’hésitez pas à laisser vos commentaires plus bas. Nous serons enchantés de les lires et d’y répondre ! 🙂

Références :

Bliss, J. C., Crane, H. D., Mansfield, P. K., & Townsend, J. T. (1966). Information available in brief tactile presentations. Attention, Perception, & Psychophysics, 1(4), 273-283.

Rédacteur spécialisé du domaine médical et de la santé. Passionné de psychologie, de philosophie ainsi que de neuroscience.
Toujours à la recherche de nouvelles sources et de nouvelles tendances, dans le but d’inspirer le publique et de le guider vers de nouvelles méthodes ou théories pour l’aider à améliorer son quotidien.

Related Content

Let’s block ads! (Why?)